Comment écrire une histoire : les bases d’un récit

Écrire un livre avec une histoire passionnante est toujours un exercice compliqué. Mais comme vous avez déjà dû le remarquer, les récits, que ce soit pour les romans, les films, les séries, etc. possèdent souvent de nombreuses similitudes narratives. Petit tour d’horizon de ces schémas similaires et comment s’en servir pour écrire une histoire intéressante.

Des schémas qui reviennent tout le temps

La grande majorité des récits raconte la vie d’un héros qui se retrouve confronté à un problème qu’il arrive à résoudre après plusieurs étapes. On résume souvent un schéma narratif classique de cette façon : il y a d’abord une situation initiale qui sert à présenter le lieu du récit, le contexte et les personnages de l’histoire. Puis survient un élément déclencheur ou perturbateur qui fait démarrer l’intrigue et amène de nombreuses péripéties. Enfin, la résolution de l’intrigue conduit à un dénouement et s’achève sur une situation finale qui conclut le récit.

L’inspiration des contes

Il existe plusieurs ouvrages qui résument parfaitement cette répétition des histoires. On pense tout d’abord à la Morphologie du conte de Vladimir Propp. Ce professeur russe a étudié de nombreux contes pour en ressortir une étude de leur narratologie. Il constate qu’il n’existe que 31 « fonctions » – en réalité actions – dans un récit (comme le départ du héros, la défaite de l’antagoniste, etc.). Vous pouvez les retrouver ici.

Ce qui est intéressant à noter, c’est que ce schéma narratif ne se limite pas aux contes. D’autres récits retranscrivent parfaitement ces codes en les réadaptant au monde moderne. Pretty Woman, le succès surprise de 1990 qui a lancé la carrière de l’actrice Julia Roberts reprend la structure classique d’un conte.

Le héros est-il toujours le même ?

Autre ouvrage majeur, Le Héros aux mille et un visages de Joseph Campbell est l’étude la plus aboutie qui ait été écrite sur les schémas narratifs archétypaux. Dans cette analyse immense, Joseph Campbell analyse de nombreux mythes pour tenter d’en tirer une essence. Il en tire une conclusion radicale : il existe en réalité un monomythe car, en réalité, toutes les histoires sont identiques. Il résume ainsi le voyage de tout protagoniste : « Un héros s’aventure à quitter le monde du quotidien pour un territoire aux prodiges surnaturels : il y rencontre des forces fabuleuses et y remporte une victoire décisive. »

Publié en 1949, l’ouvrage de Joseph Campbell devient véritablement célèbre lorsque George Lucas explique s’en être largement inspiré pour écrire l’histoire de Star Wars. Mais ce qui est intéressant, c’est que d’autres succès, même ceux qui ne se sont pas inspirés des travaux de Joseph Campbell reprennent implicitement sa structure, à l’instar de la saga Harry Potter de J.K. Rowling

Reprendre les codes… pour mieux les détourner !

Connaître ces schémas aident grandement à la construction d’une histoire. On sait ce qui plaît au public, les thématiques qui sont attendues, ainsi que les éléments de l’intrigue essentiels pour l’histoire.

Bien évidemment, il est inutile d’appliquer ces schémas à la lettre, bien au contraire, il est parfois utile, si on s’en sent capable, de détourner ces codes. Aujourd’hui, c’est d’ailleurs la mode actuelle : des scénaristes et réalisateurs comme Dan Harmon (Community, Rick et Morty,…), Damon Lindelof (Lost, The Leftovers,…) ou Rian Johnson (Star Wars VIII, À couteaux tirés,…) s’en inspirent grandement pour soit accentuer ces codes, soit les parodier, soit les détourner. Il en résulte des œuvres originales qui arrivent à surprendre les spectateurs.

J’espère que cette présentation des schémas narratifs vous vont inspirer. N’hésitez pas à lire les remarquables ouvrages de Vladimir Propp et de Joseph Campbell ou d’en conseiller d’autres dans les commentaires.

Par Edouard Hespel